CoverageLa Team

Quentin Lecomte : « mon compte-rendu de Cannes »

By 2 octobre 2013 septembre 15th, 2014 Aucun commentaire

Bonjour à tous,

Je suis rentré à Paris hier après quasiment 2 semaines à Cannes. Quel plaisir de retrouver les bouchons, le temps gris et la pollution… Même si au final je suis content de rentrer car 2 semaines avec des joueurs de poker, c’est des kilos en trop et du sommeil en moins !
Donc cet Unibet Open… Maintenant que je suis rentré j’ai toujours les souvenirs de la victoire mais disons que je suis plus au calme et que je peux savourer d’avantage que lorsque j’étais dans le rush et l’enchaînement avec le FPS.

Je sais pas si c’est le meilleur format mais je vais faire le récit plus ou moins jour par jour de ces 2 semaines.

Mercredi 18 Septembre

Départ en voiture de Paris. Je sais que ce séjour dans le Sud est important car l’Unibet Open est le grand RDV de mon sponsor en France donc il faut bien y figurer non seulement au niveau du poker mais aussi de l’image que je vais véhiculer. On part à 3 en voiture avec Ronan ‘Roroflush’ Monfort et Steven ‘gloub94’ Moreau. Long voyage mais bon on finit par arriver et comme je joue day 1B je sais que j’aurai largement le temps de me reposer. Un petit dîner devant OM-Arsenal le soir puis on se couche assez tôt.

Jeudi 19 Septembre

Jour off donc. Steven et Ronan jouent aujourd’hui mais Steven bust assez rapidement. Petit journée détente au final, j’ai été courir un peu et faire un petit tour à la plage pour raser Steven à l’open face ! Je passe également en fin de journée commenter le streaming avec PonceP histoire de me mettre dans l’ambiance et d’affûter mes reads. Puis un petit tour au Welcome Drinks qui a lieu au bord de la piscine du Majestic, je me lâche pas trop sur l’open bar quand même histoire d’être en forme le lendemain.

Vendredi 20 Septembre

Premier jour du tournoi. J’ai pas forcément une stratégie précise en tête tellement le niveau des tables est variable sur les Unibet Open. J’arrive à l’heure et je me retrouve à la table de Pierre Menès, Roger Hairabedian, Olivier Estripeau et deux autres bons joueurs que je connais bien. C’est pas forcément un mauvais tirage en soi mais ça veut juste dire qu’il faudra jouer solide. Je sais aussi que du coup je serai en table télévisée sur le streaming live, c’est pas quelque chose qui me gêne et au contraire c’est plutôt bon pour la visibilité.
Par contre le début du tournoi est une catastrophe, je perds vraiment tous les coups que je joue sans avoir l’impression de faire n’importe quoi, je run juste à chaque fois contre les pires mains dans les pires spots. Je tombe à environ 9K sur 200/400 quand arrive le coup qui me relance totalement. Un short stack limp UTG, Pierre overlimp et je crois que c’est overlimp une autre fois. Je limp :4x :4x au bouton et on est donc 5-way.
Flop et UTG lead assez cher, Pierre paye. Le flop est archi dry, j’ai quasiment nuts et de toute façon vu les stacks sizes j’irai facilement à tapis donc aucun intérêt à raise. Je call.
Turn UTG check et Pierre mise petit, dans la même logique je call juste et UTG fold. Il me reste à peine la moitié du pot dans mon stack.
La river est une blank et Pierre shove, je snap et gagne contre :Ax :4x pour remonter au-dessus du stack de départ (on début avec 20K).
Du coup au diner break je suis tout content de mes nouveaux beaux jetons ! Et surtout le fait de descendre assez bas et de remonter c’est génial pour le moral.

Au retour du dinner break je vais reperdre un coup assez close. Je monte à 28K au moment où un joueur a la bonne idée de limp UTG avec 12bb. Il paye ma relance (j’ai :4x :4x ) et on met tout sur …turn et je retombe donc à 22K.
Un bon joueur relance à 1300 au CO sur blinds 300/600, je call avec 88 en SB et BB fait tapis pour 15K. C’est un jeune qui vient de perdre un énorme coup et qui comprend le jeu, il a un très bon spot de squeeze et du coup après que le relanceur ait passé je décide de payer. Malheureusement je fais face à :Jx :Jx et je retombe à 7K alors que les blinds passent à 400/800, il va falloir ressortir le bon vieux skill à tapis.

Je pousse :Kx :Qx et suis payé par :Tx :Tx . Board :Jx x x :Ax …………………… :Tx et plouf je remonte à 16K. Ensuite je recommence à grinder puis gagne un gros coup avec :Ax :Ax vs dans un pot 3-bet sur :Tx :9x x. Je finis la journée avec 48K pour une moyenne à 60K. Au vu de mon day 1 c’est plutôt correct et ça me fait 30bb à la reprise, stack que je maîtrise parfaitement en live donc aucun problème.

Samedi 21 Septembre

Réveil à 8H, ça ce n’est pas du tout une bonne nouvelle sachant que je me suis endormi vers 2h30. Je pars courir une grosse demi-heure pour je prend mon petit déjeuner et là miracle. En rentrant dans la chambre je me rendors pour me réveiller à 1H du début du Day 2. Parfait pour aller déjeuner avec Roro et enchainer sur le tournoi.

Première main nous sommes sur les blinds 800/1600 et je suis en BB.
SB relance 3200
Hero (BB) 3200.
Flop SB mise 4500. Hero paye
Turn SB mise 10500. Hero paye
River SB check et Hero check aussi et gagne contre 62o. La journée commence plutôt bien !

J’élimine par la suite ce joueur :Ax :Ax > :Tx :Tx puis la journée continue de se dérouler tranquillement, ma table est assez simple et même en étant assez card dead je parviens à monter à environ 180K, stack avec lequel je passe tranquillement la bulle. Il y avait 36 joueurs ITM pour 313 inscrits et je prends donc environ 3000€.

Juste avant le dinner break je gagne encore un petit coup qui me permet de bien remonter.
Blinds 3000/6000 et je suis en SB.
Je relance à 15K avec et la BB complète, c’est un joueur très très collant preflop donc je sais qu’ici sa range est très large.
Flop je mise 11500, pas besoin de faire plus cher sur cette texture et je peux induce des bêtises en face avec ce sizing. Il paye.
Turn je décide de checker pour le laisser miser ses floats au flop (j’estime qu’il en a une bonne partie) et parce qu’au final j’ai peu de value à 2 barrel ici. Il mise 20K et je paye.
River je check encore et il mise 35K. Ici c’est un tout petit montant et de toute manière je split contre tous les Ax. J’ai peur d’un 5 qui aurait pu prendre cette line mais les 5x représentent peu de mains, les piques et 67/78 ont raté par contre et je pense que :Ax :Jx aurait misé plus cher à la turn. C’est donc un call très facile et je gagne contre ce qui me permet de passer à 300K au dinner break. On est à 27 lefts et la reprise se fait aux blinds 4000/8000 et je fais mon retour sur la table télévisée.

J’ai plus énormément de souvenirs de ce moment, faudrait que je regarde le streaming pour me remettre les souvenirs en mémoire mais ce que je sais c’est que je maintien ce stack alors que les blinds augmentent. Je suis archi card dead alors que la table est clairement très très faible pour un stade aussi avancé du tournoi. On se retrouve assez vite à 12 lefts sur des blinds 6K/12K. J’ai 170K au bouton et je fais tapis avec La SB qui possède 100K me paye avec et je ne chatte pas. Je tombe donc à environ 60-70K.

Je fais tapis avec et suis payé par Flop mais la turn est un 7777777777777777. Plouf je remonte à 150K et même à 200K en prenant beaucoup de spots d’open shove. Vient alors le coup qui me relance dans le tournoi. Nous ne sommes plus que 10 et c’est donc la bulle de la table finale. Le portugais compétent et plutôt actif relance à 32K au bouton sur 8K/16K. Il a 30bb et j’ai donc le stack parfait pour avoir de la FE. Je fais tapis avec et il paye avec Flop et la turn est un !!!!
Je double up donc et la bulle de la TF finit par sauter. BOOOOOM la table finale avec mon ami Paul Tedeschi. C’est vraiment un premier objectif atteint car le simple fait d’être en finale a une grosse importance pour tout le monde. J’étais très stressé pendant les demi-finales et même si l’excitation reste très importante je sais déjà que je serai moins tendu le lendemain. Je m’endors néanmoins seulement à 4H30 du matin, impossible de trouver le sommeil avant.

Composition de la table finale

Siège 1 – Thierry Morel (France) : 1 181 000
Siège 2 – Linus Hjulstrom (Suède) : 759 000
Siège 3 – Linas Laurinenas (Lituanie) : 346 000
Siège 4 – Paul Valkenburg (Pays Bas) : 613 000
Siège 5 – Quentin Lecomte (France) : 498 000
Siège 6 – Joao Silva (Portugal) : 576 000
Siège 7 – Joni Salo (Finlande) : 744 000
Siège 8 – Paul François Tedeschi (France) : 1 110 000
Siège 9 – Dmitry Varlamov (Russie) : 431 000

Dimanche 22 Septembre

On y est. Table finale. Je vais raconter les choses dans l’ordre et essayer de ne rien oublier. Tout d’abord je le répète mais la veille j’étais vraiment tendu, je voulais faire cette finale et le fait de l’atteindre me libère d’un poids. Un autre aspect c’est que c’est toujours super bien de faire des tables finales avec un streaming, ça fait toujours des souvenirs à regarder plus tard. La 3ème chose c’est que je suis vraiment super content d’être avec quelqu’un que je connais à la table, à savoir Paul Tedeschi avec qui j’ai passé beaucoup de temps récemment et que j’adore.

Sur un aspect plus technique, je déteste ma position à table puisque grosso modo les plus compétents sont tous à ma gauche, Joao Silva est assez chiant à jouer, Joni Salo peut prendre quelques spots et Paul est insupportable quand il est CL. Du coup je sais déjà que je vais avoir peu de place pour jouer, mon seul moyen pour gagner des jetons va être soit de chatter (facile) soit de me servir à droite mais j’ai pas la profondeur nécessaire. Je décide donc de jouer presque dans le noir les spots de vol preflop (open beaucoup mes UTG 1 par exemple) pour me maintenir.

Je dors correctement même si peu de temps et j’arrive largement avant le début histoire d’avoir le temps de manger un peu et de répondre aux questions de Felicia Field la très charmante présentatrice des Unibet Open ! J’arrive donc assez peu tendu finalement et bien concentré.

Le début de la TF est tranquille, je passe pas mal de mains et on se retrouve vite à 7. Je maintiens mon stack et gagne un petit coup assez standard contre Thierry Morel, je 3-bet AQo IP il flat et check/fold sur 542. Joao Silva bust < :Ax :Ax et on se retrouve à 6, moment où ça va être interminable. Ma stratégie fonctionne plutôt bien, je n’ai quasi aucun showdown et j’offre peu d’occasions à Paul pour m’embêter. Je tente quelques plays tricky comme ce pot où je relance au bouton. Paul défend et je décide de check back le flop malheureusement la turn vient et il check/fold. En clair je maintiens mon stack mais je ne reviens pas dans le top du classement. Whatever je gratte des paliers et je ne suis pas encore en danger. Paul Valkenburg et Joni Salo finissent par nous quitter et on se retrouve à 4. J’ai enfin vaincu le syndrome de la 5ème place dans les grandes finales mais je vise toujours au minimum le top 3. Je passe assez short avec environ 10bb à 4 joueurs restants. Je vais pas revenir sur tous les coups car à partir de là il n’y a que du preflop assez standard à priori, je gagne 2 coups à tapis important et on se retrouve en HU après l’élimination de Paul qui déchatte à 4 lefts puis du lituanien archi scared money qui finit 3ème. Je commence alors le HU avec moitié moins de jetons que mon adversaire.

J’ai finalement peu d’infos sur lui car je ne l’ai joué qu’en TF. Il a joué très tight et eu quelques bonnes rencontres mais n’a rien fait de fou. Je pense qu’il est solide, capable de prendre des spots mais que c’est pas un top reg.

Le problème c’est que je suis pas très très bon en HU, même si j’ai joué beaucoup de CG j’ai quasiment fait que du SH et j’ai gagné peu de tournois online dans ma vie donc j’ai peu d’expérience dans le domaine. Je décide de jouer relativement aggro mais il a tous les timings sur moi et god mod beaucoup au début, il doit hit quelque chose comme 70% des flops du coup mes bluffs ne passent pas et les seuls 3-bets light que je fais il fait tapis à chaque fois. Je tombe à 1M contre 5M mais je chatte deux fois :Qx :Tx contre :Ax :8x puis :Tx :9x contre :Ax :Qx pour revenir even et même prendre un petit avantage. Malheureusement le run s’arrête et je perds :Ax :7x contre :Ax :6x pour retomber à 7bb. Cependant c’est bel et bien mon jour et je remonte une nouvelle fois à la force des poignets (du croupier). A ce moment-là, je suis clairement plus frais que lui, il est vraiment affecté par le fait de run bad pendant le HU et ça se sent qu’il a très peu d’expérience du live à ce niveau. Je me suis un peu trompé sur lui au début, il est super super tight, il ne bluff quasiment jamais et défend beaucoup trop ses blinds donc je peux le grind facilement. Je fais un mauvais call avec Thigh puis un gros hero fold avec top paire, je vais vous expliquer pourquoi.

Blinds 60K/120K.
Hero relance 240K avec BB paye.
BB checks. Je décide de checker, j’ai 0 équité et le board touche sa range.
Turn BB checks. Ici je dois miser tellement je vais prendre le pot souvent mais je me souviens que dans le gameflow je sentais que j’avais plus trop de crédit donc j’ai préféré check et décider river de ce que je ferai.
River BB mise 240K. Ici je pense qu’il a quasiment jamais flush, il aurait misé ses FD à la turn, il aurait aussi bet une grosse partie de ses Kx donc arrivé river il ne value bet que Qx et quelques Kx qui me battent. Il n’a jamais Ahigh qu’il n’aurait pas bet ici et je sais même pas si il bluff des JT/J9, il aurait plutôt lead turn avec si il voulait bluffer. Du coup j’ai estimé qu’il pouvait suffisamment décider de bet river des mains sans équité qu’il ne voulait pas bet turn (98s/76o pleins de trucs du genre sachant qu’il défend beaucoup preflop et je split avec Thigh pour rappel) parce que j’ai très souvent de la m**de ici et donc que Thigh pouvait gagner. Après coup il bluffait tellement rarement que le call est mauvais.

La seconde main c’est sur le même niveau de blinds.

Hero relance 240K avec BB paye
BB check. Hero checks. Ici j’aurais dû miser pour value car il ne c/r jamais en bluff et que j’ai de la value sur beaucoup de mains.
Turn BB lead 300K. Ici j’ai un gros tell de force sur mon adversaire, j’ai TP+guthsot mais je suis battu par une tonne de mains. De plus il mise cher et payer a un gros impact sur mon stack+ certaines river peuvent me faire perdre une tonne. Je pense qu’il ne bluff quasiment jamais sur ce board et encore une fois je suis sûr de mon tell, du coup le fold n’est pas si compliqué. C’est juste un peu dur de le faire sachant que tout le monde voit mes cartes et que si je me trompe je passe pour un idiot mais bon j’ai réussi à passer au-dessus de ça.

Au final la dernière main est un résumé du HU. Il relance à 240K et je le mets à tapis pour environ 20bb avec :7x :7x . Il paye avec et le flop vient A ce moment-là j’avais prévu de contenir ma joie si je gagnais parce que mon adversaire n’avait vraiment pas eu de chance mais le problème c’est que le scénario prévu c’était une blank à la turn à une blank à la river. Or je vais toucher le 7 à la turn ce qui change tout, le soulagement était vraiment trop important et du coup j’ai un peu trop explosé de joie. Le moment où je vais voir tout le monde dans le public c’est juste tellement boooooooon.

Honnêtement gagner un tournoi c’est tellement différent d’un deep run standard. La photo du vainqueur, le trophée etc… c’est des choses qu’il est très rare de vivre dans une carrière, gagner un tournoi relativement renommé avec un field assez conséquent ça demande beaucoup de réussite au bon moment et le fait d’accomplir cet objectif si jeune c’est une vraie source de satisfaction. En y réfléchissant un peu et en regardant en arrière je me rends compte qu’au cours de ma carrière je suis vraiment un privilégié. J’ai eu quelques périodes difficiles que ça soit live ou online mais à aucun moment je n’ai eu une longue traversée du désert et surtout depuis le début de l’année 2013 c’est un enchaînement de succès plus importants les uns que les autres. J’ai pas envie que ça s’arrête bien sûr mais je trouve que c’est important de s’en rendre compte… Je vais pas revenir en détail sur les raisons pour lesquelles gagner ce tournoi et pas un autre est également essentiel, je pense que tout le monde les comprend mais au-delà de ça le contexte était tellement parfait.

Tout le monde a pu me suivre sur le streaming, des amis hors-poker, ma famille et puis des joueurs qu’ils me connaissent ou pas qui m’ont tous encouragés. Et dans la salle de tournoi j’avais quasiment tous les personnes que je connais le mieux dans ce milieu et de partager ce titre à plusieurs ça fait partie des choses qui me tenaient à cœur. De plus on sait jamais de quoi l’avenir sera fait, gagner un tournoi (et je m’en suis rendu-compte) c’est le mélange de plusieurs paramètres qui doivent arriver en même temps et c’est très très rare. La différence c’est que maintenant quoi qu’il arrive j’aurais accompli quelque chose qui me tenait à cœur, ça m’enlève beaucoup de pression pour les tournois à venir. Quand je dis moins de pression ça veut pas dire que je vais faire n’importe quoi par la suite, j’ai l’impression d’avoir passé un cap dans mon jeu qui me permet de jouer beaucoup plus souvent A-Game à partir du moment où je me prépare correctement pour un tournoi. Maintenant j’espère revivre quelque chose d’au moins aussi bien dans l’avenir !

Dans la même idée je l’ai déjà dit notamment juste après le tournoi mais j’insiste sur ce point, ma plus grande fierté dans cette table finale c’est qu’à aucun moment je n’ai dérogé à ma stratégie initiale, je suis resté hyper solide en mettant mon ego de côté et en laissant d’autres joueurs marcher sur la table, après gagner des coups à tapis ça faisait partie des choses obligatoires pour espérer gagner mais c’est pas le plus important, je voulais quoi qu’il arrive n’avoir aucun regret et ça aurait été le cas.

J’en profite pour remercier tout le CP du soutien tout au long du tournoi, je viens de relire tout le coverage et c’est très sympa. J’espère que c’est pas la dernière fois qu’on vibre tous ensemble !

Et des remerciements spéciaux à ceux qui m’ont accompagné que ça soit sur place mais aussi tout au long de l’année : Steven Moreau, Ronan Monfort, Erwann Pécheux, Tommy Mandel, Paul Tedeschi, Antoine ‘PonceP’ Vannini qui étaient sur place mais aussi Julien ‘Jooles’ Gaignard qui m’a toujours aidé au cours de ma carrière ainsi évidemment qu’à Unibet qui m’a donné ma chance.

PS : il y aura une partie 3 sur le FPS Cannes et la transition avec mon prochain tournoi que j’ai hâte de disputer, l’EPT Londres. Je la posterai probablement ce week-end.

To be continued…

Quentin Lecomte – Team Pro Unibet.fr

Cliquez ici pour relire :
« Focus sur la victoire de Quentin Lecomte à l’UO de Cannes »

Répondre