La TeamNews

xXxTheArtistxXx, 1er qualifié pour la finale du Pass Pro

By 8 octobre 2013 Aucun commentaire

Le deuxième cycle de qualification du Pass Pro est en route. Pour en découvrir ou en re-découvrir sa mécanique, vous pouvez vous rendre ici, ou bien vous plonger dans le récit de notre premier qualifié. Mais soyez prévenus, lorsque nous lui avons demandé de nous raconter son parcours, il a été plus bavard encore que ce qu’il est sur les tables !

« Deux semaines après mon intégration dans la Team Online d’Unibet, je viens d’obtenir ma première grosse satisfaction en tant que joueur, avec l’obtention de mon ticket pour la finale du PASS PRO. C’est que le dernier UO Cannes, avec la victoire de Quentin, m’a bien fait vibré et m’a donné comme une envie de LIVE…

Retour sur ces deux semaines, étape par étape…

Déjà, détaillons la mécanique de qualification :

4 cycles de 2 semaines permettent de remporter chacun le fameux ticket. A l’issue des 4 cycles (soit 2 mois) les 2 joueurs les plus réguliers seront aussi repêchés pour porter à 6 le nombre de finalistes.

– De plus, chaque cycle est une succession de steps appelés « Rounds », dans lesquels il a fallu rester concentrer pour passer entre les balles !

ROUND 1

ROUND1

Du lundi au samedi, les tournois Rounds 1 permettent aux 25 premiers de passer à l’étape suivante. Il faut savoir qu’il y a entre 40 et 70 joueurs lors de ces tournois, donc la qualification pour le Round 2 n’est en général qu’une formalité si on reste concentré.

De mon côté, pas grand-chose à dire sur ce premier step, puisque j’ai réussi à ship 2 tickets les deux premiers jours (il y a 6 chances lors du Round 1 et 2 chances pour le Round 2).

ROUND 2

ROUND2

Le dimanche et le lundi qui suivent les tournois qualificatifs du round 1, deux tournois Rounds 2 permettent chacun aux 16 premiers d’accéder au Round 3. Il y a environ 50 joueurs par tournoi, donc un peu moins d’une chance sur 3 de passer. Vous me suivez ? 😉

Sur 2 tournois, en « One Shot » sans leaderboard, cette étape m’avait semblé être la plus piégeuse dès la lecture du règlement. C’est là où il ne fallait pas se louper, et surtout bien gérer le tournoi.

Serré au départ, je suis longtemps resté avec un tapis dans la moyenne, jusqu’à l’approche de la bulle où j’ai bien senti que les joueurs avaient conscience de l’enjeu…

En mettant juste ce qu’il fallait comme pression sur mes adversaires, j’ai réussi à maintenir mon tapis à une quinzaine de blinds lorsque nous étions 17, ce qui a suffi pour que la bulle saute avant que je ne sois véritablement en danger. Ouf !

Inutile ici de vouloir monter un gros stack, l’essentiel étant de passer. Le fait d’avoir un 2ème ticket de réserve, m’a permis aussi de prendre des risques au bon moment, avec cette bouée de sauvetage qui m’aurait permis de retenter ma chance le lendemain.

Le lundi, je n’ai donc pas joué mon ticket, étant déjà qualifié pour la suite.

ROUND 3

ROUND3

Le Round 3 est certainement l’étape où j’ai pris le plus de plaisir, mais celle aussi où je me suis fait le plus peur. Ce round est composé de 2 épreuves de multitabling (4 tournois 6-max le mardi, 4 tournois Full Ring le mercredi).

Parmi les 32 joueurs encore en lice, l’objectif était de se classer dans les 10 premiers au général pour passer une nouvelle fois à l’étape suivante.

Le Mardi, j’ai certainement fait une erreur en voulant lancer trop de tables (je comptais bien découvrir aussi la nouvelle grille MTT), alors que j’allais en avoir 4 de plus pour le Pass Pro ! Résultat : dès le début, je suis un peu perdu avec ma quinzaine de table, et complètement débordé… Surtout que les tables en 6-max demandent encore plus d’attention…

Ne pouvant me résoudre à abandonner des tournois à côté (une erreur avec le recul), j’ai donc joué un poker moyen sur mes 4 tables du Pass Pro, en jouant plus mes cartes que mes adversaires…

En plus, la chance n’a vraiment pas été de mon côté puisque sur les 4 tables, je bust pour 3 d’entre elles sur des 80/20 et 70/30 qui ne sont pas passés. Si ce type de déconvenues arrive tous les jours, elles sont moins « grave » lorsque l’on a un gros stack. Mais ce n’était pas mon cas puisque je me situais dans le ventre mou du classement pour les raisons expliquées au dessus…

Avec 3 places autours des 10-11ème position et un bust prématuré, je me classe à une décevante 17ème place au leaderboard général à la fin de la journée

Le lendemain, Mercredi, pour l’épreuve des tournois Full Ring, je sélectionne un peu plus mes autres tournois dans le lobby, et c’est le couteau entre les dents que je suis devant mon écran à 21h lorsque mes fameuses 4 tables s’ouvrent…

Un peu plus focus, je monte rapidement des stacks conséquents sur tous les tournois. Sur l’un d’entre eux notamment, je prends le cheaplead assez tôt avec une belle avance. Jusqu’ici tout va bien…

Puis, sur ce tournoi où j’étais très bien parti, je joue encore de malchance pour finalement bust en 3 coups suite à 2 beaux bads beats, et un set-up pour finir… A ce moment là, je me dis que ce premier cycle du Pass Pro ne me veut décidément pas

Puis je me remotive, et parviens à me hisser sur deux tables finales. Sur l’une d’entre elle, je termine 4ème.

Je sors alors ma calculette (aidé par Horline qui comme à son habitude, a toujours son tableau Excel à côté de lui), et d’après nos estimations, un top 3 sur ma dernière table devrait suffire à me qualifier. Je me concentre à fond sur cette dernière sur laquelle j’aurais aussi (enfin !) un peu de réussite, pour finir par la gagner !

C’est fait, me voilà qualifié pour le dernier round ! (GG aussi à l’ami Horline, qui a fait une très belle soirée avec 3 tables finales, synonyme de belle remontée et de qualification).

ROUND 4

ROUND4

Nous sommes donc maintenant 10 joueurs à nous confronter sur 4 jours, avec pour objectif d’être le plus régulier pour obtenir le ticket pour la finale.

Autre intérêt qui permet de s’enlever un peu de pression : dans le pire des cas, nous sommes assurés d’être parmi les premiers du leaderboard de l’ensemble des 4 cycles pour les 2 places de repêchage.

Parmi mes opposants, je ne connais pas beaucoup de joueurs, c’est ça aussi le charme de ces promos, hormis un autre reg MTT et notre fameux Horline, que je sais redoutable en SNG.

Jeudi – Tournoi Deepstack

Avec 10K de départ, et une structure lente de 15 min, on sent dès le début qu’on est parti pour une bonne partie de poker qui va se prolonger jusqu’au bout de la nuit !

De plus, les 10 demi-finalistes se retrouvant après s’être croisé sur les épreuves du multitabling, l’ambiance est agréable, et tout le monde commence par se féliciter d’en être arrivé là.

Perso, je perds dès le départ un premier coup sur un bluff qui ne passe pas, puis surtout un autre plus important sur lequel je finis par fold ma TPTK face à un bluff river de mon adversaire qui prendra un malin plaisir à le montrer à toute la table … C’est de bonne guerre … 😉

Mais me voilà à 10BB alors que tout le monde en a encore une centaine ! Pour ce premier tournoi deepstack sur lequel je comptais marquer des points, je recommence à douter…

A la table, l’ambiance est toujours aussi plaisante, ça commence à se chambrer gentiment, à se proposer des HU en parallèle – puis à les refuser 😉 – et à commenter les coups … De mon côté, je reste concentré pour ne pas « spew », et je passe un premier flip, puis remporte 2-3 autres coups dans la foulée (comme souvent dans ces cas-là lorsqu’un shortstack est passé tout près de la sortie) qui me font revenir après 2h30 de jeu, à mon tapis de départ ! Je vais ensuite finalement voir 6 joueurs bust avant moi pour me classer 4ème. Résultat correct à la vue de mon départ, mais décevant par rapport à mon objectif. Surtout que le lendemain, cela risque de se compliquer avec le Omaha…

Vendredi – Tournoi Pot Limit Omaha

Le PLO, c’est rigolo qu’ils disent ! Ça n’est pas un secret pour ceux qui me connaissent, si cette variante me plait beaucoup, je ne la pratique que trop peu souvent pour pouvoir espérer un résultat…

Mais pour une fois dans ce Pass Pro, je vais commencer à croire en mes chances, dès la 4ème main de ce sng PLO. En touchant un carré magique river, je vais infliger un bad beat à Horline (les tapis sont partis au turn lorsqu’il avait sa quinte, et moi mon brelan max). Je le voyais sur un combo draw, et cette erreur de lecture, et un coup de pouce des cartes, vont m’assurer un tapis confortable qui me permettra de choisir mes spots pendant une longue période …

Ensuite, alors que les éliminés se succèdent, je suis de plus en plus à l’aise avec mes 4 cartes, et arrive à voler des blinds et des coups à l’approche du podium. S’il y a bien quelque chose en commun avec le NL Holdem, c’est cet aspect tactique lorsqu’on s’approche des places payées (ici par des points), en fonction de la taille des stacks de chacun…

Par miracle, je me retrouve donc en HU, avec un tapis plus conséquent que mon adversaire !

Je me mets à rêver d’une victoire en PLO, étape de ce round qui était pourtant ma faiblesse, mais je serai très rapidement rattrapé par mon manque d’expérience …

Je suis complètement perdu, le jeu est subitement totalement différent à 2 joueurs, et je me fais rejoindre, puis doubler, puis éliminer par TheQueeen67 …

Mais l’essentiel est là, je suis revenu dans la course et me place maintenant à la deuxième place du classement, derrière mon bourreau du jour.

Samedi – Tournoi Turbo

Coin Flip de votre vie

D’ordinaire, je pense maîtriser assez bien ce format. Mais lorsque je le joue, j’essaie de prendre des décisions profitables sur le long terme, en ayant tout à fait conscience qu’elles peuvent être suivies par une élimination directe …

Là, pas de place pour le long terme, nous ne jouons qu’un seul SNG turbo, et il va peut-être falloir prendre des décisions EV- afin de ne pas me faire éliminer prématurément. Il faudra certainement passer ses coin flips aussi…

Ce sera chose faite, après un départ plutôt sérieux, lorsque je vais découvrir :Qx :Qx en BB. Nous ne sommes alors plus que 5, TheQueen67 s’est déjà fait éliminer, et j’ai un stack d’une 15aine de blinds, juste dans la moyenne. Coucoux, juste derrière moi au leaderboard, qui a 10BB à ce moment-là, pousse tous ses jetons en milieu de parole. Tout le monde fold et c’est à moi de parler. Conscient que je suis largement devant son range de mains ici, je call évidemment en me voyant déjà favori. Mais cette joie est vite atténuée lorsque je découvre :Ax :Kx chez lui. C’EST LE FLIP DE VOTRE VIE !

Mes dames vont tenir… Ouf ! Mon plus grand rival pour le classement est éliminé 6ème, mon autre conçurent le plus serieux 5ème, et je me retrouve cheapleader. Jouant maintenant avec moins de pression que mes adversaires, j’arriverai à gagner ce tournoi pour prendre une avance confortable au classement général.

Dimanche – Tournoi Standard

Le constat est simple, si je bust 7,8,9 ou 10ème, 3 joueurs peuvent encore me passer devant si ils gagnent … Et en cas de gagne de TheQueen, il faudrait que je sois au minimum 4ème pour rester premier.

Soit sur un sng de 10 joueurs, tout de même un peu de pression…

Surtout que très rapidement, je vais une nouvelle fois perdre un gros coup. Avec :Ax :Ax, je relance en milieu de parole. Suivi par la BB, je vais envoyer 2 sacoches au flop et au turn, qui seront suivies. A la river, mon adversaire donk bet à tapis, et je dois me résoudre à fold. En temps normal, je pense que j’aurai call car il y avait de grandes chances que je sois devant ici, mais là, pas le droit de m’enflammer avec mon over paire, toute belle soit-elle ;-). Une mauvaise lecture et je donnais la possibilité à 3 joueurs sur les 8 restants de me passer devant au classement général.

Par la suite, un autre fait de jeu va me faire prendre des décisions différentes de celles que j’ai l’habitude de prendre : Lorsque nous n’étions plus que 7, un joueur absent depuis le début avait son tapis déjà largement diminué par les blinds. Alors en dessous de lui, mon objectif n’a été que de le dépasser, pour au pire, me laisser rattraper par les blinds moi aussi, mais après lui. Mon véritable adversaire TheQueen n’étant pas au mieux lui non plus, je ne visais donc plus que cette 6ème place. Même si au poker rien n’est jamais fini, et que TheQueen pouvait remonter, il était aussi short que moi, et nous avions déjà 3 joueurs avec des tapis bien plus imposants que les nôtres. Donc prendre le risque de sauter 7ème, alors qu’il y avait un joueur sit out…

Donc non, je n’ai pas poussé mes 10BB UTG avec :9x :9x lorsque nous n’étions plus que 7 dont (6 « vivants »), ce que j’aurai fait en temps normal…. mais avec le recul, je ne regrette pas d’avoir « joué petit » ! 😉

Je finirai donc 6ème, après avoir poussé mes 2 dernières blinds avec :7x :4x, n’ayant par la suite, plus qu’à espérer que TheQueen ne remonte pas la pente.

Et elle n’arrivera pas à le faire … Je pense qu’elle aussi était bridée par l’enjeu, d’où l’importance d’avoir l’avantage avant cette dernière manche. Elle était condamné à gagner, moi à faire 6ème sans qu’elle ne gagne. C’est tout de même largement plus confortable….

Et maintenant, la finale !

Et 1 ticket pour la finale, 1 ! On peut maintenant se permettre de rêver à l’obtention du contrat : Les Unibet Open, l’EPT Deauville, le Main Event de Vegas, ça vaut quand même le coup d’avoir joué cette qualif à fond !

Maintenant, place à quelques jours de repos après cette intense semaine, avant de revenir grind sur la nouvelle grille. Ça laisse aussi 2 mois pour bosser mon poker pour être au top face aux autres November Six ! 😉

Un grand GG et un sincère merci à mes 9 partenaires de cette semaine avec qui nous nous sommes bien régalés, et un gros GL à tous les joueurs qui vont maintenant tenter leur chance !

A très vite sur les tables, et n’oubliez pas … HAVE FUN ! »

Répondre